Grand Huit (vinyle reissue)

release date : 2013
label : gagarin records

artwork by Martha Colburn
buy at stora record shop

“grand huit” is one of my alltime favourites (felix kubin). recorded completely on a small 4 track studio, this is the first solo album by david fenech, now reissued and remastered on vinyle for gagarin records. with a new visual by new york based artists Martha Colburn. For information on the original CD version (Tout L’univers, 2000) please check this link.

Press Release from Gagarin Records :

This fantastic musical journey, written by French composer David Fenech back in the year 2000, is entirely produced on 4-track cassette. Its title refers to the French word for “roller coaster” and “looping”, as well as to the symbol of infinity. “Grand Huit” (“Big Eight”) is a rare example of “cinema pour l’oreille” made of songs. The music already bears the strong handwriting of its creator: a unique mix of field recordings, outlandish singing (mostly in fantasy language) and expressive musical sketches. Bearing in mind the year of its origin, “Grand Huit” could also be seen as a soundtrack to another “carnival of souls”, marking the uncanny transition from the 20st to the 21st century while leaving all the old ghosts behind. Lonely souls and memories waving good-bye. David Fenech’s early work permanently alternates between rawness and tenderness. It offers a great cosmos of sounds ranging from downgraded samples, detuned organs and off-beat rhythms to environmental noises, toy piano, hurdy-gurdy, sine tones and Chinese theatre bells. The overall melancholic and narrative vibe of the music lets your mind drift away easily, so don’t put milk on your oven while listening. Gagarin Records is happy to present a re-mastered and slightely edited version of this masterwork for the first time on vinyl. The LP comes with a beautiful full colour poster and cover art by New York based visual artist Martha Colburn.

Tracklisting :
Side A :
A1 – Petit Huit
A2 – Confieso que he vivido
A3 – Mister Master
A4 – Un lâcher de lucioles
A5 – Jukebox
A6 – Boeuf Bourguiba
A7 – Opera En Toc
A8 – Jaune d’oeuf en cage

Side B :
B1 – Petit Soleil
B2 – Grand Huit
B3 – Solaris
B4 – Heeels
B5 – Coralingo
B6 – Goulashnikov
B7 – Love that feel…

David Fenech – Grand Huit by davidfenech

David Fenech, unlängst mit einem herausragenden Trioalbum mit Ghedalia Tazartes und Jac Berrocal aufgefallen, ist in seiner französischen Heimat nicht nur als Musiker, sondern auch als Autor und Blogger alles andere als ein Unbekannter. Nicht von ungefähr ist hierzulande Felix Kubin schon lange Fan und verhilft dessen etwas obskurem Albumdebut von 2000 in aufgefrischter Vinylform zu einem hochwillkommenen zweiten Frühling. Wer Vocals wie Fenech (punktuell unterstützt von seiner Ex-Frau) zustandebringt, hat sowieso schon gewonnen: Verhusteter Gremlin Blues zwischen Tom Waits und Arto Lindsay (natürlich in ganz anderem Feel und Kontext), falsche chinesische und mongolische Gesänge, Gedichte aufsagen, punktgenaues Out-of-Tune. Unterbau: gerade so viel wie nötig, Taschen Gamelan und Mini Yeye Spielzeugklavier Electro, abwegige Geräuscheinspielungen, harmonische Zwischenwelten. Oder kurz: regennasse Vierspur minimal compacte Verzweiflungsekstase über Funky Drumloop Kuriosa, deren kratzige Niedlichkeit rote Augen macht. Und rote Nippel.
DE-BUG – issue 169, Jan 2013 (link)

Le parcours de David Fenech est labyrinthique, comme sa discographie et sa musique, d’étroits couloirs sinueux, glauques et primaires. Tantôt tribal, tantôt joyeusement délirant, « Grand huit » se joue de nos formats classiques. David Fenech est chroniqueur musical, possède son label , Demosaurus, et travail à l’Ircam, ce qui explique l’approfondissement sonore expérimental de son jazz rock improvisé. Sa musique est robotique, il est aussi électronicien. On démarre sur « Petit huit » qui ressemble à un doux délire funky de Kim, l’autre français libre. « Confieso que he vivido », comme un miaulement humain, est une recherche sonore au beau milieu de paroles capturées à la façon de Dominique Petitgand. « Mister master » est une élucubration de tuberculeux, les expectorations sont aussi grasses qu’Alvarius B, façon cabaret Tom Waits. La folie touche à son comble lors du « lacher de luciole »…une douce injection qui commence à faire son effet, un manège perdu et interminablement toqué. David est cinglé, autant que le Père Ubu, la preuve, « Boeuf bourguiba / opera en toc » embraye avec un blues ubuesque. « Jaune d’oeuf » émeut dans sa joie ronchonneuse même si la camisole xylophone nous couvre les paupières. « Le petit soleil » a la même voix qu’Ignatus ou Flop.. encore d’autres fous joyeux de par ici, sur une musique qui sonne comme « La fosette ». « Grand huit » nous ramène à la vie debout, avec ce formidable déhanchement funk torride. « Solaris » dramatique et « Heeels » irréversible, c’est un bidouilleur habité. « Coralingo »… « Love that feel », ce mec est aussi dingue que Daniel Johnston, ou Danny Cohen, sa vision sonore déglinguée. Expérimentations, esprit punk, liberté foutraque sombre, David Fenech est un casseur de portées, un brouilleur de format, il neige des flocons fluorescents sur cette pochette surprise qui est le fruit de cette arbre fushia devant lequel je me prends à revenir très souvent, pour contempler la folie d’un asile d’artistes libres. D’ailleurs il a collaboré avec Ghedalia Tazartès qu’il héberge sur son label, mais aussi Rhys Chatman, Sébastien Roux, Pascal Comelade, Gong, Jad Fair, le trompettiste Jac Berrocal, Klimperei le groupe bricolo des révolus nantais Collectif-effervescence. Tout ceci explique cela, sa liberté, ses ouvertures a bâtir un album cubiste et fauve avec une touche de naïf cauchemardesque. « Grand huit » est un disque large, sans barrière aucune. Une pilule acidulée qui plonge dans le coma ultra décalé, un trip coloré.
Les Chroniques de Charlu, Jan 2013 (link)

Grand Huit quivers its way off key and stumbles out of 4/4 rhythmic confines, warbling into cheap microphones and pushing the incessant return of flimsy drum samples to the fore. There’s a potent sense of hand-assembly surrounding David Fenech’s first ever full-length; a lo-fi reimagining via musical cardboard and clumsily applied masking tape, embarking on a crooked adoption of limping trip-hop, sensual electronica and garish falsetto funk, all recorded within the delightful limitations of a cassette four-track. It sounds isolated somewhat – shut away in a cramped studio space, detached from mainstream music’s slick production values but vaguely aware of its host of stylistic clichés. The vocals are a particularly distinctive aspect. On “Mister Master”, Fenech rasps and growls over wayward splats of keyboard and the boing of beater against a loose drum skin, occasionally breaking from the unintelligible monologue to cough and splutter directly down the microphone; he sounds dogged with flu, and there’s something incredibly engaging about Fenech’s merciless, germs ‘n’ all document of his current state. Elsewhere, his voice moves between infantile whimpers and the double-tracked wails of a drunken Bee Gees karaoke, flailing erratically over the drum machines and palm-mashed organs, yet strained as though conscious of waking people in the next room over. It’s an album of collage, tumbling between recorded conversations, sloshing water, sci-fi electronics and busted vinyls – the songs are stranded somewhere in amongst all of this, clambering out of the noise and assembling themselves out of the scraps of sound available. “Grand Huit” is actually the French term for “roller coaster”, and while the album lacks the slick mechanical grandeur of an amusement park ride, it undoubtedly shares the perverse thrill of pure disorientation.
Jack Chutter, ATTN:Magazine, Feb 2013 (link)

Séduit par un concert de cet amusant monsieur, nous voici reparti avec son disque sous le bras. Le concert était une petite merveille où l’auteur créait un univers a la fois personnel et proche de Yann Tiersen. Des similitudes dans les musiques tandis que les textes se font plus humoristiques. Le premier contact avec l’objet sonore est un peu plus difficile, la musique un peu plus ardue, les mélodies imprévisibles perturbent sur Un Lacher de Luciole avant d’être plus classique sur Jukebox. Ce disque demande attention et capacité d’adaptation, pouvant passer sans prévenir des pires expérimentations au sublime d’un Yann Tiersen. Composé de 8 parties (comme c’est amusant) elles-mêmes formées de 1 à 3 morceaux enchaînés et possédant une certaine cohérence comme la 4eme qui tourne autour du soleil. Grand Huit morceau central de cette partie mais aussi de l’album, flirte avec les musiques électroniques sous forme de pop dansante et déjantée. Solaris clos le thème sous forme de dialogue dingue a propos de science fiction. L’humour est toujours présent, que ce soit dans les titres (Petit Huit, Jaune d’Oeuf en Cage) ou dans les textes avec de nombreux samples de voix d’enfants. Pourtant, au final il se dégage une certaine mélancolie rendant l’objet attachant.
Fabrice Allard, EtherReal, 2001(link)

David Fenech è un polistrumentista, cantante, improvvisatore e software engineer parigino attivo da circa vent’anni, che si muove in maniera disinvolta fra ambiti musicali e mezzi espressivi assolutamente trasversali, vantando collaborazioni e lavori discografici con personaggi di punta nell’ambito della sperimentazione sonora e della forma canzone più storta e dadaista, quali Jad Fair, Tom Cora, Ghédalia Tazartès, Andrea Parkins, Ergo Phizmiz, Gino Robair, Felix Kubin, nonché con blasonati istituti di ricerca musicale e scientifica come l’IRCAM e l’INA/GRM di Parigi, e lo studio STEIM in Olanda. Gran Huit è la ristampa in lp di un lavoro uscito originariamente in cd nel 2000 per l’etichetta Tout L’Univers, e solo adesso riportato alla luce grazie alla lungimiranza della Gagarin Records del genietto tedesco Felix Kubin. Fenech suona quasi tutti gli strumenti e registra il risultato su un glorioso quattro tracce. Incasellare Grand Huit in un genere o filone definito non è cosa facile e, in fin dei conti, assolutamente non indicativa. Quello che viene fuori con maggiore chiarezza, anzi, è proprio la tendenza, consolidatasi giusto in quel periodo di “svolta angolare” rappresentato da primi anni Zero, alla citazione estemporanea e incontrollata di (non)generi e forme compositive appena accennate, il che dà vita a una sorta di blind cinema coadiuvato da surreali sketch vocali (“Confieso Que He Vivido”, “Jaune D’Oeuf En Cage”, “Boeuf Bourguiba”, “Opera En Toc”, “Solaris”) che fungono da perfetti intermezzi fra un brano e l’altro. Come appena accennato, dal punto di vista strettamente musicale si naviga a vista fra trip-hop in bassa fedeltà con drum-machine Casio in bella vista e voce strozzata che ricorda tanto Ian Svenonius (qualcuno ha memoria dei Make Up?) e il suo “gospel yeh yeh” (“Confieso Que He Vivido”), una divertita e divertente imitazione di Tom Waits con tanto di colpi di tosse che gradualmente lascia il posto a una mini-sinfonia per tastiere giocattolo, chitarre scordate e falsetto isterico (“Mister Master”), impro dadaista che gradualmente si trasforma in un numero vagamente Portishead (“Un Lacher De Lucioles”, “Jukebox”), orientalismi per gamelan giocattolo (“Jaune D’Oeuf En Cage”), un siparietto pop cantato in lingua madre che riporta alle gesta sommesse di un’altro grande outsider del periodo come Casiotone For The Painfully Alone e al catalogo della Tomlab (“Petit Soleil”), avant-hop svampito e narcolettico vagamente cLOUDDEAD (“Heeels”), dub-funk autistico da cameretta (“Coralingo”) e – giusto per non farsi mancare niente – a chiusura una bella prova chitarra e voce di folk oscuro/depresso/lo-fi fra Smog e Vic Chesnutt. L’accusa che forse si potrebbe muovere a Grand Huit è quella di apparire un tantino derivativo. Di contro, questo non sembra però intaccare minimamente il piacere che potrebbe regalare a ogni ascoltatore che si voglia avvicinare al buco della serratura e spiare in silenzio lo stralunato universo sonoro creato da David.
Nicola Giunta, The New Noise – Feb 2013(link)

David est un musicien en marge du rock, du jazz et des musiques improvisées. Un brin foutoir, hétéroclite, son collage musical cache un univers doux, métaphorique et tendre, entre éclair d’enfance et souvenirs nocturnes. Une rencontre entre Felix Kubin , Pascal Comelade et Tom Waits. On ne s’étonnera pas donc de (re)découvrir ce disque, de nouveau disponible sur Gagarin Records. Cet iconoclaste abreuve nos oreilles d’une musique dont la seule constante semble de virevolter tout azimut tout en conservant une réelle cohérence. David n’a rien à envier à ses illustres maîtres à penser, lui qui fait valser les genres en cavalier entreprenant et toujours respectueux. On retrouve ici de la folie et un sens inné de la déconstruction, le goût pour le décor, le folklore poisseux d’un cirque de l’étrange. Sous le grand chapiteau, des gogos danseuses, un orchestre vitriolé de punk et d’electronique et des clowns inquiétants dansent entre valse dada et sardane ivre.
Essmaa – Feb 2013(link)

Sa biographie officielle se plaît à le rappeler: David Fenech est né en juillet 1969, alors que Neil Armstrong faisait ses premiers pas sur la Lune. Plus que le fruit du hasard, cette coïncidence cosmique devait forcément présager d’un destin intersidéral et iconoclaste. De toute évidence, le parcours de David Fenech est à l’image de sa propre musique: labyrinthique et sinueux. En l’espace de dix ans, cet artiste français inclassable aura frayé avec les institutions les plus prestigieuses de l’avant-garde (l’IRCAM, le laboratoire Steim, ou le GRM) et se sera essayé à un nombre incalculable de média et de genres différents: musique concrète, pièces électroacoustiques ou improvisées, jazz, rock, bandes originales de film et installations sonores. Ses collaborations sont aussi multiples et déroutantes; il aura par exemple croisé la route de Tom Cora, Rhys Chatham, Bérangère Maximin et plus récemment celle de Ghédalia Tazartès et Jac Berrocal pour un album haut en couleur (Superdisque sur le label Sub Rosa). L’homme est aussi polyvalent: chroniqueur musical pour les magazines Chronic’art et Revue et Corrigé, il possède son propre label, Demosaurus, et y publit les disques de Ghédalia Tazartès, Frank Pahl ou Yximaloo. Tout ceci explique cela: sa liberté, ses élans a bâtir une musique cubiste et fauve avec une touche de naïf cauchemardesque.
Comme un retour au source et un clin d’oeil à l’histoire, Felix Kubin via son label Gagarin records (oui, comme le premier cosmonaute russe) réédite en 2013 le premier album de Fenech, intitulé Grand Huit et paru initialement sur la défunte maison Tout l’univers en 2000. Tantôt tribal voir glauque, tantôt joyeusement délirant, Grand Huit se joue des formats classiques pour explorer les formes sans cesse imprévisibles d’un jazz rock improvisé. On passe l’OVNI en revue.
On démarre sur Petit huit qui ressemble à un doux délire funky de Kim, l’autre français libre. Confieso que he vivido, comme un miaulement humain, est une recherche sonore au beau milieu de paroles capturées à la façon de Dominique Petitgand.
Mister master est une élucubration de tuberculeux parcourues d’expectorations aussi grasses qu’Alvarius B, façon cabaret Tom Waits. La folie touche à son comble lors du Lâcher de lucioles…une douce injection qui commence à faire son effet, un manège perdu et interminablement toqué. Fenech est cinglé, autant que le Père Ubu, la preuve, Boeuf bourguiba / Opera en toc embraye avec un blues ubuesque. Jaune d’oeuf émeut dans sa joie ronchonneuse. Sur Le petit soleil, on découvre la même voix qu’Ignatus ou Flop…encore d’autres fous joyeux de par ici, sur une musique qui sonne comme La fossette de Dominique A. Grand huit nous ramène à la vie debout, avec ce formidable déhanchement funk torride. Solaris, dramatique, et Heeels, irréversible, sont deux moments de bidouillage habité. Coralingo, Love that feel…. Ce mec avec sa vision sonore déglinguée, est aussi dingue que Daniel Johnston, ou Danny Cohen.
Expérimentations, esprit punk, liberté foutraque sombre, David Fenech est un casseur de portées, un brouilleur de format. Il neige des flocons fluorescents sur cette pochette surprise dans laquelle je me prends à piocher très souvent, pour contempler la folie multicolore d’un asile d’artistes libres. Grand Huit est un disque large, sans barrière aucune. Une pilule acidulée qui plonge dans un coma ultra décalé, un trip coloré.
dMute – Feb 2013 (link)

David Fenech wusste bereits mit seinem erschienen Album „Superdisque“ zu begeistern. Mit seinem neuen Werk lädt er die geneigte Zuhörerschaft nun zu einem Ritt auf der Achterbahn ein. Das auf altmodische Art auf einem Vierspm-Tonbandgerät produzierte ‘Traktat vereinigt experimentelle Fieldrecordings, mysteriösen Soundeinspielungen und skurrile Kollagen des Franzosen.
Jenny Kracht, Ox – Feb 2013 (link)

Gagarin Records publie une version remasterisée et légèrement et revue d’un album de l’auteur-compositeur-interprète David Fenech, paru à l’origine en 2000. L’univers de Fenech rappelle celui de Ghédalia Tazartes: collages de fragments de chansons (souvent dans une langue inventée), de dialogues fantaisistes, d’enregistrements de terrain, avec maints revirements de situation. Grand Huit adopte une forte tangeante psychédélique, tout en demeurant profondément inclassable et éminemment français dans son humour et sa fantaisie. Gagarin Records is releasing a remastered and slightly revised version of a 2000 album by singer-songwriter-composer David Fenech. Fenech’s universe recalls Ghédalia Tazartes’s: collages of fragments of songs (often sung in a made-up language), strange dialogues, field recordings, with lots of unexpected twists and non sequiturs. Grand Huit has a strong psychedelic flavour, but it remains deeply unclassifiable yet eminently French through its humour and fancy.
François Couture, Monsieur Delire – Feb 2013 (link)

The cover of David Fenech’s ‘Grand Huit’ is a drawing that depicts a cat’s head on a human body. With tits. With emphasis on the deep red nipples. It’s fitting, in that it reflects the album’s offbeat hybridity and obtuse, somewhat perverse nature. Originally released in 2000, Fenech’s debut lo-fi odyssey is now receiving a remastered vinyl re-release. And 13 years on, it still sounds, well, odd and innovative.

Sticky trip-hop beats and scratchy peripherals warp against cracked funk to create some curious and occasionally bleak sonic sketches. On ‘Mister Master’, Fenech snarls, growls and coughs (literally) against a loose rhythm and sparse piping synth sound while a crowd hollers and chants in the next room, while doomy synth drones grind against a rhtym carved from a sampled dog bark on the darkly psychotic ‘Heeels’.

It’s a weird record, alright, being overtly experimental yet still song-focused. The forms of those songs are pretty indistinct, though: a strolling bass wanders through a cacophony of whirrs, pings, clicks and yawning discord while Fenech bawls unintelligibly, his vocals riven with overdrive and sounding for all the world like he’s borrowed the Butthole Surfers’ ‘Gibbytronix’. Then there’s the bouncy electro-pop of ‘Petit Soliel’ and the whacky spaced-out funk of the title track.

The pseudo-enthnic chimes of ‘Jaune d’oeuf en cage’ are accompanied by falsetto caterwauling and blasts of running water. We’re talking about a bath, not a gentle stream as you’d find on a relaxation mood album. Kitchen sink? Well, not far off.

Christopher Nosnibor, whisperinandhollerin – Feb 2013 (link)

Grand Huit wurde vom französischen Klang und Downbeat Künstler David Fenech bereits im Jahr 2000 auf 4 Spur Kassette veröffentlich und erfährt nun eine Widergeburt in der digitalen Welt. Die 12 Stücke bilden eine seltsam düstere Mixtur aus eingefangenen Geräuschen wie Straßenlärm, Kinderstimmen aber auch Militärgesängen. Diese unterlegte der Künstler mit elektronischen Klängen, die sehr of sehr Old School klingen, so wummern die Synthesizer Klänge wie Wurlitzer bzw. auch mal wie 80er Jahre Instrumente. Eingespielte Sounds wie Glocken oder Gummibandgeräusche (auf “Mister Master”) vollenden den Sound zwischen Wave und Kunst. Direkt darauf folgt dann eine schräge Komposition aus Gitarren, Gong und einer typisch französischen Keyboardmelodie. Auch hier wird dann durch eine dunkle Orgelmelodie wieder der nfang 80er Darkwave aufgenommen und die Grenze zum frühen Neofolk durchaus angekratzt. Dieses schräge Zusammenspiel der Elemente setzt sich durch alle 12 stücke fort: Glockenspiele, Hurdy Gurdy, Piano, Naive Melodien konterkarieren dunkle Soundlandschaften oder seltsame Gesprächsfetzen oder Gesänge. Die Palette reicht von teilweise fies wehtuenden Geräuschen über fremdartig anmutenden klängen ebenso wie sehr angenehm wirkenden Sounds. Ein sehr schwer beschreibbares Stück Musik zwischen den genannten Grenzen Neofolk, Expreimental, Offbeat und Klangkunst. Und auf jeden Fall ein Werk, das einem bei jedem Hören wieder neue Seiten offenbart.

Wolfgang Kabsch, Musik an Sich – Feb 2013 (link)

Ce nom-là, il transpire la trouvaille, remet sur table l’époque bénie des blogs musicaux primitifs, fait ressurgir en nous la mémoire de réjouissants curiosa que seules dénichaient les obstinées têtes chercheuses, ces fous de l’archéologie sonore, du beat branque. David Fenech porte en lui cet ADN libre, et il n’est pas biscornu dès lors de le savoir acoquiné à Ghedalia Tazartès ou rendant hommage au viking outsider Moondog. ‘Grand Huit’, sa première tentative immortalisée, voit ici son petit manège à sensations contrastées réédité sur le label de Felix Kubin. Filou en terres folles, le français ingénieux bricole à l’instinct avec tout ce qui lui tombe sous les lunules, comme autant de façons de réinjecter la vie dans la table de mix : soundscapes bruitistes de parcs d’attraction, malhabiles récitations scolaires, boucles hypnotiques, toux et miaulements à la Tom Waits, accordéons en roue libre. Tout fait silex étincelant à qui n’a pas peur d’user les cailloux, d’aiguiser sa captation sonore du monde, à se faire façonnier de la matière (art) brut(e). « Robots, je ne suis pas vraiment spécialisée en robots. », mais au sortir de cette traversée sidérale, je vais y remédier !

ALR – RifRaf – March 2013

Het is een beetje tochtig in het brein van de franse componist David Fenech. In 2000 bracht hij dit album al uit op cassette om de overgang van de 20ste naar de 21ste eeuw te vieren, nu is het ook te verkrijgen in vinyl. De titel van het album, ‘Grand Huit’, betekent zoveel als ‘achtbaan’ en dat gevoel geeft het album ook wel een beetje. Het album is ook een prettig gestoorde attractie. Eén grote geluidscollage van weirde muziekjes, absurdistische teksten, flarden Chinese opera of kindertelevisie, franse snotneuzen die eenzaam op hun kamer gedichten voordragen voor hun taperecorderke, …, Je kunt het zo gek niet bedenken of David Fenech heeft het effectief gebruikt…! De hoofdprijs gaat naar mijn gevoel uit naar Jaune D’Oeuf en Cage, dat begint met die kleine blozende jongeman die er maar niet in slaagt zijn gedichtje vanbuiten op te zeggen. Fenech trekt ons met een gamelanmuziekje een volstrekt andere wereld in en tijdens datzelfde nummer worden we ook nog eens getrakteerd op centraalaziatische keelzang en mongoolse vrouwelijke vocalen à la Urna Chahar-Tugchi. En het beste nieuws is: het hele album door wordt je blindelings meegesleurd door dat doldwaze doolhof van gekke geluiden, zonder dat Fenech ooit in herhaling valt. Het is een beetje tochtig in het brein van David Fenech en da’s maar goed ook. Stuff voor mensen die de wind soms tussen hun oren horen waaien.

Jan Denolet, Dark Entries – March 2013 (link)

David Fenech, in Paris lebender One Man-Bandmusiker und Kleinkünstler, hat hier ein Werk für die Ewigkeit geschaffen: mit allerlei Krach aufgenommene Perlen von Liedern, die einstmalig in die Öffentlichkeit gelangten; tolle Musik, die damals nur wenige erreichte, jene aber alle entzückte und verzauberte. 2013 werden es wieder nicht mehr als eine Hand voll Leute sein, die Zeit, Muße und das nötige Glück haben, dieses Kleinod für sich zu entdecken. Auch egal. Schließlich gilt: Unentdeckte Musik ist weniger ärgerlich als unentdeckte Impfstoffe.

Quadrat , Jan 2013

Une réédition très intéressante s’offre à nous. Voici maintenant une douzaine d’années sortait le premier disque solo de David Fenech, Grand Huit, sur la structure Tout L’Univers. Pour ne pas dire en 2000 donc. Ce qui nous replonge dans cette fin des années 90 marquées en France par des projets pop lo-fi tels Dragibus, Mr Quark, scène à laquelle j’associais David, entendu aussi sur plusieurs projets de compilations CD-R et cassettes faites à la maison. Les débuts aussi des structures Relax-ay-voo ou encore Paperplane par exemple. « Pour moi c’est comme donner une seconde vie à mon premier album » me rapporte David par e-mail, lorsque je lui demande le principal effet que ça lui faisait de se voir réédité. L’effet sur l’auditeur est en tout cas immédiat. On redécouvre nous aussi ce que l’on écoutait à l’époque. Une madeleine de Proust en quelque sorte. Maintenant que l’on connaît un peu plus le parcours artistique entrepris dans cet intervale temps par David, on le comprend mieux. Il se décrypte de/par lui même. S’il ne sort qu’en 2013, cela fait pourtant longtemps que ce projet de réédition a été pensé. « Il y a six ans. . . je recevais une lettre manuscrite de trois pages de la part de Felix Kubin (ndlr = directeur artistique du label Gagarin et musicien) me disant son goût pour ce disque en particulier. » Véritable performance laborieuse (dans le bon sens du terme, et l’on parle d’enregistrement sur quatre pistes!) lorsqu’on regarde dans le rétro ces disques montés de A à Z par un seul homme. Pas étonnant donc de le voir évoluer aujourd’hui aux côtés de Jac Berrocal ou Ghédalia Tazartès tant les bribes d’influences s’y ressentent (tout est dans le titre Mister Mascer, mon préféré). Ou encore dans le projet qui m’avait beaucoup plu aussi, PopeWaffen, sur ce beau LP paru chez Corvo records. Certaines compositions s’orientent parfois vers des influences Comelade/Petitgand, parfois vers des tendances industrielles, comme sur Boeuf Bourguiba/Opéra en toc, ou les deux. Il y a de véritables perles electro-pop bricolées telles Coralingo/Goulagschnikov qui séduisent et font encore leur petit effet. Et jusqu’à la fin, avec cette folkhispanisante aérienne, Love That Feel, preuve que cette réédition valait vraiment la peine. Dotée pour l’occasion d’un remastering par Gavin Weiss.

Cyrille Lanoe, Revue Et Corrigée n95 – March 2013

La réédition de ce premier opus solo de David Fenech est l’occasion de jouer aux enquêteurs pour reconstituer le parcours du musicien et la genèse de cette œuvre. Je parierais ainsi volontiers que la découverte de la musique de Ghédalia Tazartès a été un déclencheur dans le parcours musical de David Fenech. Jusque là, son approche était essentiellement instrumentale et improvisée. Les compositions de Ghédalia (musicien exceptionnel d’origine juive turque) lui ont ouvert un champ des possibles porté par la voix comme instrument. Un instrument unique, déformable, dont le timbre se trouve dans les tréfonds de l’âme et la caisse de résonnance dans le corps tout entier. Qu’y a-t-il donc dans le patchwork de Grand Huit ? Des accents de Camoufleur, l’apogée discographique de Gastr del Sol. Plus loin, des feulements que ne renieraient point Tom Waits. Un art du découpage sonore comme l’a initié Dominique Petitgand. Mais, au-delà de ces quelques références, David Fenech ouvre grand des portes, laisse les courants d’air balayer les pièces et souffler des mélodies qui seront emportées au vent. Il déconstruit ses morceaux et associe ensuite les pièces du puzzle pour créer des chimères. Il se paye le luxe du tubesque morceau qui donne son nom à l’album. Enfin, il crée aussi le malaise en explorant la dissonance et la répétition… Depuis, David a poursuivi et poursuit encore son parcours musical non seulement en solo, mais aussi à travers des collaborations musicales, un regretté blog de référence et une activité de label. En y regardant mieux, on découvre que sa générosité musicale, son sens de l’échange et du partage font de lui aussi bien un défricheur qu’un passeur. L’histoire est belle car ce que Ghédalia avait su générer chez lui, il a su le transmettre à d’autres.

Geoffroy Sere – A Découvrir Absolument – March 2013 (link)

The recording of a panic-stricken hurly-burly crowd under a spray of drums and gunfire is the frantic introduction on “Petit Huit” of this amazing stylistical pastiche by David Fenech on this surprising and amazing album, “Grand Huit” (French expression meaning “looping” or “roller coaster”), whose first edition came in the year 2000 on Tout L’Univers and has been reprinted on Gagarin Records, the label of the prodigious NeoDadaist composer Felix Kubin. The fact that it was assembled by means of a rudimentary 4-track tape recorder and cheap equipment could be deceptive as the response you’ll receive from ears and mind cannot but contemplate an intrinsic niceness and that kind of heterogeneity which sounds everything but prosaic or predictable: you can imagine a gap-toothed dead ringer of Beth Gibbons on “Confieso Que He Vivido”, who get replaced by a body double of Tom Waits, whose dry-cough hails his rude awakening before a choir of moochers matches a battle hymn from the streets and a strident and malformed interpretation of Cibo Matto’s stuffon “Mister Master”, an emulator of Yann Tiersen, who gradually fall into temptation of playing something which sounds more macabre, while performing in a grungy bistro on “‘Un Lacher De Lucioles/Jukebox’, the scraggy reading of a poem on frustration on “Boeuf Bourguiba”, the grotesque Japanese sketch on the amazing “Opera En Toc”, the xylophone-driven frenzy of “Jaune d’oeuf en cage”, the elegant electro-pop uncouthness and moronic jerks of “Petit Soleil”. The unpredictable parenthesis of filthy funk on “Grand Huit”, the surreally crackpot dedication to Tarkovsky’s “Solaris”, the above-mentioned blubbery dead ringer of Beth Gibbons while rehearsing a song with painful ankles on the bothersome of dogs, the autistic low-fi dub-funk of “Coralingo”, the electronic tinnitus on “Goulashnikov” and the depressed dark folk ballad on guitar and voice of “Love That Feel”, a properly epic conclusion, gives a wider perspective on the varicolored, fascinating and somehow thunderstruck musical universe of David Fenech. A hoot for lovers of dada-influenced aesthetics.

Vito Camarretta – Chain D.L.K , March 2013 (link)

Definito da Felix Kubin “una dei miei dischi prefiriti di sempre”, dopo poco più di dieci anni “Grand Huit” viene oggi ristampato su vinile dall’etichetta dello stesso Kubin, la Gagarin Records, quasi si trattasse di una sorta di personale tributo all’opera del poliedrico musicista francese David Fenech. Come Kubin possa essere rimasto profondamente colpito dalla sua musica lo si può comprendere facilmente analizzando la natura sfuggente e camaleontica di queste composizioni, in cui le field recordings si innestano in una fragile scrittura pop (Petit Huit), i nastri preregistrati dialogano con gamelan e frequenze elettroniche (Jaune d’Oeuf En Cage) sogno e realtà si confondono in scenari felliniani (Un Lacher de Lucioles) e il blues diviene un ibrido fra Tom Waits e Residents (Mister Master). Registrato su quattro piste, l’album trasforma l’approssimazione del “do it youtself” in estetica perfettamente compiuta, riuscendo senza alcun timore e con una certa sfrontatezza a far convivere murique concrete, cantautorato lo-fi e collagismo sonoro nella tradizione di altri musicisti francesi come Pietre Bastien e Jac Berrocal, capaci di ricollocare il concetto di avant-garde nello spazio destinato al gioco e alla fantasia.

Massimiliano Burri – Blow Up, April 2013

Sorti il y a treize ans de cela, il semble important de revenir sur ce Grand Huit, premier disque de David Fenech. Réédité aujourd’hui chez Gagarin Records (label créé par Felix Kubin, qui considère le disque comme l’un de ses préférés de tous les temps !), force est de constater que ces expérimentations « de jeunesse » possèdent encore un certain intérêt au long de l’album. Enregistré à l’époque sur cassette 4 pistes, ce disque aurait pu souffrir d’un aspect un peu limité bien qu’artisanal, mais il n’en est rien… L’univers sonore singulier qui se déroule tout au long de l’album évoque un genre de voyage dans des contrées lointaines et étranges, un monde à la Charles Burns, en moins lugubre. On commence par un tour de « Petit Huit », qui propose un genre de comptine en langage imaginaire, très courte, avec une ligne de batterie jazz accompagnant la voix susurrée, un peu nasale, faisant penser à un genre de proto-funk « père ubuesque », sur un fond de voix d’enfants. Ensuite, toujours dans cette fête foraine déglinguée, on croise au hasard un petit garçon qui récite sa leçon, des synthés groovant des clusters sur des ambiances minimales, on aperçoit un accordéon tournicotant par dessus des cloches dans le « Lacher de Lucioles/Jukebox », un fond d’orgue de barbarie appelant le chaland à entrer dans la tente, où on se retrouve écouter un spectral monstre de foire, chimère de Tom Waits et Ghedalia Tazartès sur le « Bœuf Bourguiba/Opéra en Toc ». Le tout tend vers le tour en « Grand Huit », pour finalement sortir de la boucle sur le titre « Solaris », qui commence par une discussion avec une présence féminine sur l’intérêt ou non de la science-fiction. Finalement, au bout de douze titres, l’album se termine sur « Feel That Love », un titre lent accompagné à la guitare acoustique. Le parcours de David Fenech n’est pas conventionnel : son travail du son, allant des musiques de films aux arts sonores, en passant par le field recording, la composition électroacoustique, le free-jazz, la création radiophonique, etc., est un exemple de ce qu’est aussi « faire de la musique » au XXIème siècle. Son approche multiple et sa curiosité peuvent notamment croiser celles de Luc Ferrari, par son goût de l’anecdote d’enregistrements de terrain, l’humour sous-jacent de sa musique, les approches du collage, tout en réactualisant ce sens de la bidouille et de l’expérimentation propres au revival du Do It Yourself. Autrement dit, même treize ans après, on est toujours dans la boucle du Grand Huit.

Nicolas Debade – Present Continu (Avril 2013) (link)

David Fenechs Kompositionsprinzip lässt sich schwerlich beikommen. Einer von der L’art pour l’art-Sorte, einer aus der interdisziplinären Sekte der Dekonstruktivisten? Was sagt das über seine Musik? Zumindest helfen diese Begriffe möglicherweise, seine aus dem Jahr 2000 stammende LP “Grand Huit” irgendwie geistesgeschichtlich einzuordnen. Cut-Up-Wackiness und unvorhersehbares Copy & Paste bestimmen Fenechs Soundcollagen. Die “Große Acht”, diese “Achterbahn”, ist ein verliebtes, globe-hoppendes Wirrwarr aus französischen Schulstunden, asiatischen Theaterauf-führungen, singenden Sägen, Fieldrecordings und Ober- und Unterton-Vokalakrobatik. Manchmal klingt “Grand Huit” wie ein musikalischer Briefwechsel zwischen Fenech und einem seiner zahlreichen Kollaborateure, etwa Ghedalia Tazartes oder Felix Kubin. Eine kreative Explosion nach der anderen. Und um zur Geistesgeschichte zurückzukehren: Die dreizehn Jahre zwischen der Entstehung dieser Scheibe und ihrer Wiederveröffentlichungen haben viel gesehen, und irgendwie hat man den Eindruck, “Grand Huit” hat all das miterlebt. Ist das post-moderne Suggestion? lst das das Möbiusband des Pop? In jedem Fall ist es mir viele weitere Runden auf der Achterbahn wert.

Michael Giebl – Skug (April 2013)

Après Superdisque dans lequel David Fenech officiait auprès de Jac Berrocal et de Ghédalia Tazartès, on le retrouve non pas pour un nouvel album mais pour une réédition. En effet, Grand Huit était sorti à l’origine en 2000 sur un label que tout le monde a oublié qui s’appelait Tout l’Univers. Autant dire que ce disque était introuvable depuis une éternité. Le label Gagarin le réédite cette année en format vinyle avec une nouvelle pochette et offrant une remasterisation de l’œuvre qui n’est pas tout à fait inutile. Mais ce n’est pas vraiment ce qui importe le plus ici. Ce qui est intéressant avec David Fenech c’est cette capacité de raconter des histoires abstraites le temps d’un morceau, d’être dans le renouvellement perpétuel et d’avoir plusieurs cordes à son arc passant de l’électroacoustique à un rock bancal sans oublier le field recordings ou le rock situationniste. Donc, oui, c’est bien un grand huit que nous propose David Fenech avec ces impressions de vertiges, de vitesse, de ralentissement, d’accélération mais aussi avec cette perception du monde qui vous entoure. Chaque morceau apporte une marque expressive particulière. Il ne faut pas voir dans Grand Huit une forme de cohérence ou, du moins, pas comme on l’entends habituellement. Si cohérence il y a ce n’est pas dans la forme musicale de chacun des titres. Ils sont tous très différents les uns des autres. Non, cette cohérence apparaît dans la logique que David Fenech veut imprimer dans chacun d’entre eux. C’est cette nature surréaliste qui se dégage de Grand Huit passant d’un univers à l’autre avec une espèce de décontraction et de normalité scandaleuse. Le Grand Huit de David Fenech est certes particulier. Ce disque évolue en fonction du relief et il ne semble pas vouloir se contenter de lignes droites. Avec ce que beaucoup considère comme son premier réel album (alors qu’il avait sorti bien des choses avant), on découvre un David Fenech comme un créateur original, hors cadre et qui s’amuse avec les sons. Depuis, il n’a fait que confirmer son côté iconoclaste faisant de lui un artiste essentiel et indispensable.

Fabien Pondard, Liability Webzine – May 2013 (link)

David Fenech ist mir erst seit seiner Zusammenarbeit mit Ghédalia Tazartès ein wenig bekannt. Sein jetzt auf Felix Kubins Gagarin-Label wiederveröffentlichtes Debüt stammt aber bereits aus dem jahr 2000, und wer mit den idiosynkratischen Klangwelten von Kubin und Tazartès nicht fremdelt, der oder die wird auch mit David Fenech schnell warm werden können. Verspielte Musik, im doppelten Wortsinn: phantasievoll, bisweilen chaotisch anmutend. Ohne Rücksicht auf Stile oder Genres hat Fenech vor über zehn Jahren auf vier Spuren alles ihm Verfügbare und vieles vermeintlich Unvereinbare miteinander verleimt und – siehe da! – es fällt auch 2013 nicht auseinander. Während des Hörens rattert die Assoziationsmaschine im Oberstübchen in rasender Geschwindigkeit, um dem musikalischen Hin und Her auf der LP nachzufolgen, und neben Tazartès und Kubin spuckt sie u. a. Half Japanese oder Cpt. Beefheart aus (oder Tom Waits, aber der hat ja selbst seinen Don Van Vliet auswendig gelernt) und ru” den frühen Beck in Erinnerung, als der musikalisch noch beherzter zur Sache ging. Grand Huit ist eine kurzweilige Platte, die der Zeit, die seit ihrer Erstverö #entlichung vergangen ist, gut widerstehen konnte. Eine immer zugängliche, bunte Palette an Sounds: Lo-Fi-Cut-Up- Folk-Singer/Songwriter-Electronica. Einzig, der Gedanke daran, dass ich Fetzen dieser Soundcollage demnächst in einer arte-Dokumentation über sagen wir »junge, wilde Fashion-Designer_innen aus der Hauptstadt Deiner Wahl« wieder hören könnte, bereitet mir ein wenig Sorgen. Aber das kann heute ja jeder und jedem passieren.

TestCard issue 23

David Fenech is a groovy French composer-musician who I first heard of when he contributed his skillset to the 2011 monster Superdisque, with fellow Frenchman Jac Berrocal and the wonderful Ghédalia Tazartès. Turns out he’s also a guitar maniac of the first water and has played alongside various free improvisers and talented individualists, besides leading the 1990s French punk collective Peu Importe. Since I never heard enough of his guitar playing to judge, I like to fantasise that he owns a deep scarlet “axe” and that he probably plays it in a scratchy, angrified, “blocky” style, much like an updated version of Fred Frith in a lime green suit. Grand Huit (GR 2026) was his first solo record from 2000, and in 2012 it got reissued on vinyl by Gagarin Records 1. Right away the humourous-surreal cover art of cat-into-human 2 lets us know we’re in for a fine and freaky time. I suppose I might have expected a guitar record of some sort, but this album is eccentric and varied, sprawling all over the shop in a very good way, and largely unclassifiable – highly unusual songs and instrumentals, composed with percussion, keyboards, drum machines, field recordings of schoolchildren making announcements, and his own bizarrely energised singing – on which more to follow.
Fenech seems to have a rough and ready approach to record production, which I enjoy immensely; almost every track feels very spontaneous 3 , thrown together like so much fascinating bric-a-brac retrieved from a flea market, and he’s not afraid to leave plenty of mismatches, false starts, and overdubs that miss the mark in a compelling manner. Then there’s his highly contrived singing voice; on ‘Mister Master’ he’s growling and barking out his words so much that he forces himself into a coughing fit (needless to say, he doesn’t edit out the coughing), and on ‘Boeuf Bourguiba / Opera En Toc’, you’ll hear his attempt at singing in a more-or-less bluesy idiom, detoured by way of David Thomas. Talk about guttural – he comes close to swallowing his own nose! There’s also the charming and eccentric instrumentals such as ‘Jaune d’oeuf en cage’ or ‘Un Lacher de Lucioles / Jukebox’, both of which feature tasty keyboards and guitar lines interlocking as smoothly as gold metalwork around a precious jewel, and give us a glimpse of what Frank Zappa might have accomplished with his little black notes if he didn’t hate all of Europe with such a misanthropic vengeance. Or how about the crazed Residents-like toy disco thump of ‘Grand Huit’? Irresistible, declare 18 swooning denizens of the dancefloor. Or the menacing undercurrents to ‘Solaris’, with its sinister guitar notes undermining the easy-listening samba melody and where the lead vocal is sung by a half-pint kleptomaniac dwarf from inside a birdcage. It’s a brilliant example of subverted pop music, dark clouds of New Wave menace occluding the Burt Bacharach sunshine.
Truly unpredictable, you never know where any given tune is heading, or which stylistic outfit Mr Quick-Change is going to whip out next from his magic trunk of disguises. He makes it look easy, but you can bet there’s 500 kilograms of sheer talent and hard work behind his every move. Recommended!

Ed Pinsent, The Sound Projector – April 2014 (link)



Comments are closed.